Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Tiphanie Bovay-Klameth (Cie TBK)

Tiphanie Bovay-Klameth

Présentation

TIPHANIE BOVAY-KLAMETH est nĂ©e en 1984 Ă  Lausanne. Elle se forme comme comĂ©dienne Ă  La Manufacture – HETSR de 2004 Ă  2007.
De 2008 à 2011, elle rejoint l’univers des Deschiens en jouant dans Salle des Fêtes de Macha Makeïeff et Jérôme Deschamps. Au sein de la 2b company, elle travaille avec le metteur en scène François Gremaud (RE). En compagnie de ce dernier et de Michèle Gurtner, elle crée le collectif GREMAUD/GURTNER/BOVAY avec lequel elle signe une dizaine de productions (dont KKQQ,Western Dramedies et Chorale).
Elle collabore Ă©galement avec Marielle Pinsard en jouant et en participant Ă  l’Ă©criture de plusieurs pièces, avec Oskar Gomez Mata ou encore Guillaume BĂ©guin.
Parallèlement, Tiphanie Bovay-Klameth est une improvisatrice accomplie.
Elle joue pour Casting depuis 2004, intègre la Cie du Cachot en 2009, participe Ă  la crĂ©ation du spectacle ImproLido en 2012, est arbitre de matchs d’improvisation et fait partie de l’Ă©quipe Suisse professionnelle depuis 2009.
En 2015, elle crée la compagnie TBK afin de réaliser ses propres projets.

Tiphanie Bovay-Klameth-D'Autres

Projet soutenu

Spectacle seule en scène D’Autres

Des gens du cru, des stars de la pop, des parents proches ou de remarquables anonymes, ce sont autant de figures quotidiennes familières ou inconnues qui, à leur insu, inspirent depuis longtemps Tiphanie Bovay-Klameth dans sa pratique théâtrale. Le jeu du comédien est en effet un art paradoxal : les êtres de fiction incarnés sur scène sont des illusions forgées à partir de l’imitation de fragments du monde réel. La comédienne et improvisatrice aimerait pour une fois revenir à ce monde réel et donner la parole à celles et ceux qui ont nourri son répertoire.

Seule sur les planches, Tiphanie Bovay-Klameth s’attache à faire exister ses « autres », qui peuplent son histoire, ses souvenirs, son imaginaire. Entre autobiographie et digression, le jeu avec ces figures permet d’en éprouver l’étrangeté et la singularité, pour mieux les ériger en personnages de théâtre. Porté sur scène, le monde ordinaire révèle alors sa dimension tragique et comique, touchante et absurde, intime et universelle.

Soutiens - Théâtre