Fondation Engelberts pour les arts et la culture

SensibilisART | Association

Présentation

SensibilisArt a Ă©tĂ© fondĂ©e en 2010 par deux passionnĂ©s de théâtre très impliquĂ©s dans le monde humanitaire. Ils ont dĂ©cidĂ© de mettre l’Art au profit des autres en produisant des pièces de théâtre pour le bĂ©nĂ©fice d’associations.

En 2011, les associations T-Interactions, La Croix Rouge Genevoise et Action Innocence ont pu profiter du soutien de SensibilisArt.

L’association a Ă©galement pour but de faire dĂ©couvrir de nouveaux artistes et auteurs, et ce quelque soit leur milieu social, ce qui l’a naturellement rapprochĂ©e de la fondation Engelberts. La sensibilisation sur des thèmes d’actualitĂ© en utilisant tout type d’Art est au coeur de ses prioritĂ©s. 2013 sera une annĂ©e charnière car SensibilisArt planifie de sponsoriser des projets contre la prĂ©caritĂ© et la protection de l’environnement, en impliquant des enfants de diffĂ©rents pays tout en recherchant une nouvelle « théâtralitĂ© ».

> En savoir plus sur SensibilisART

Projets soutenus

SENSIBILISART - Mise Ă  Mot

Mise Ă  Mot de GĂ©rald Gruhn

« Un comédien joue peut-être sa dernière représentation. En effet, sur ordre de forces obscures, son partenaire tueur à gages a décidé de l’éliminer lorsqu’il aura prononcé exactement 3295 mots. Ne vous y trompez pas. Malgré ses airs désinvoltes, cette pièce vous plonge au cœur d’enjeux essentiels. »

« GĂ©rald Gruhn est auteur rare !… C’est un tueur. Ses armes, ce sont les mots… de vĂ©ritables machines de guerre pour livrer des batailles humanistes contre la vulgaritĂ© et la bĂŞtise » Jean-Paul Alègre

« Gérald Gruhn est un peu le Claude Chabrol de la scène théâtrale. » Hélène Marchetti (Cie Cirkul’aria)

« Gérald Gruhn parle avec simplicité des blessures du passé. Son travail, d’une grande diversité d’inspiration, nous invite toujours à nous interroger sur notre probable impuissance à aimer, et rend aux petites gens l’humanité que leur destin tragique efface quelquefois. » Editions l’Harmattan

SensibilisArt continue Ă  mettre en scène des pièces de théâtre avec des musiciennes et des musiciens hors pair. Pour le festival de la Bonne humeur Ă  Mies, le jazz et la musique classique s’affronteront dans un duel sans merci . Nos deux comĂ©diens de « Qui a tuĂ© Mozart » reviennent dans cette pièce unique en avant première en Suisse et vous feront vibrer dans un face Ă  face Ă  la fois drĂ´le et Ă©mouvant.

« Qui a tuĂ© Mozart ? »

Enfin toute la lumière sur la mort de Mozart !

« La plupart des biographes s’accordent à penser que Mozart a été empoisonné. Le soupçon naquit d’ailleurs immédiatement après sa disparition. Et de fait, les indices évoquant une mort violente sont si nombreux que n’importe quel tribunal actuel serait tenu d’engager des poursuites pour homicide volontaire. Rattrapons ensemble cette occasion manquée ! De nouvelles perspectives s’offrent en effet à nous, car, désormais, l’on dispose de la totalité des pièces relatives à cette affaire. »

4 artistes un peu dĂ©jantĂ©s  ouvrent ce procès Mozart au travers des Ă©crits de  E. W.  Heine, sous la forme d’un tribunal de fortune  oĂą se mĂŞlent le chant, le théâtre et l’art de l’éloquence…

On y accuse le compositeur rival Antonio Salieri, la franc-maçonnerie, Constance Mozart, née Weber (l’épouse du compositeur), Schikaneder, directeur de théâtre à Vienne, Michael Puchberg, frère de loge de Mozart, un garçon de course inconnu, sorte de messager de la mort, Gottfried van Swieten qui procura à son ami Mozart une préparation à base de mercure mise au point et prescrite par son père, médecin, pour traiter la syphilis, Mozart lui-même et la MUSIQUE!

Lumières sur le procès de  MOZART…

« Si je devais renaître sur la terre, je demanderais de renaître avec le génie de Mozart ou de Rossini, la voix de la Malibran, préférant leurs notes aux plus beaux vers et la langue de l’infini à la langue des mots. Les hommes parlent, les anges chantent. » (A. de Lamartine).

 

Soutiens - Théâtre