Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Olivia Seigne

Olivia Seigne

Présentation

Le Collectif StoGramm a été fondé en 2012 par Olivia Seigne et Alexandre Vogel. Il s’intéresse à la force narrative du texte, à l’adéquation entre le texte, le corps et le langage chez le comédien, ainsi qu’à la structuration de l’espace scénique et à sa perception par le spectateur.
Le collectif StoGramm a monté deux projets en 2013 : Life after Life, lauréat du prix «Scènes valaisannes 2013» et La part des Ombres.
Née en 1973, Olivia Seigne a été formée au théâtre Ecole du Passage à Paris, dirigée par Niels Arestrup. Elle a également obtenu une licence en Russe à l’Université de Genève. Depuis une quinzaine d’années elle travaille en tant que comédienne professionnelle et partage l’univers de metteurs en scène tels Armand Deladoëy, Julien Barroche, Denis Maillefer, Alexandre Doublet ou Geneviève Guhl.
Elle a reçu le Prix culturel d’encouragement de l’Etat du Valais en 2008.

StoGramm - "Comme toi-mĂŞme"

Projet soutenu

«Comme toi-même» est un projet théâtral, pour deux comédiennes, Diane Müller et Olivia Seigne. Deux comédiennes pour raconter le parcours d’un jeune adulte Andrea. Andrea est né dans l’intersexuation, ce qu’on désigne également parfois comme le troisième sexe. Il s’agit d’un destin particulier, éloigné en apparence des préoccupations de la plupart d’entre nous. A y regarder de plus près, il nous touche cependant par la nécessité qui s’impose à Andrea d’explorer son identité profonde et de l’accepter. Un enjeu qui nous concerne tous.
Deux comédiennes incarnent Andrea tour à tour ou simultanément. Ce choix permet de sortir du champ d’énergie généré par les pôles masculins et féminins, pour explorer de manière plus ample le thème de la quête identitaire.
La scénographie est conçue comme un espace de jeu, questionnant le lien spatial avec le public, avec lequel une confrontation directe est envisagée par le biais d’un gradin bi-frontal.
«Aime ton prochain comme toi-même» : Récurrente dans les textes bibliques, cette phrase est généralement interprétée comme une invitation à aimer son prochain. L’amour de soi, considéré comme un acquis, y a valeur d’exemple.
On peut aussi supposer que l’injonction principale porte sur la seconde partie de la phrase : Commence par t’aimer toi-même. Découvre ton identité, ta singularité, ton altérité, tes différences, ta spécificité. Accepte-les. Aime-les. Montre-les à ton prochain, dont tu pourras contempler librement la propre singularité. « Comme toi-même » propose plus largement d’explorer également ces dimensions imbriquées de l’amour.
« Comme toi-mĂŞme » espère, en marge des approches scientifiques, sociologiques ou politiques, ouvrir un espace de rĂ©flexion sur notre rapport Ă  l’identitĂ© et Ă  l’altĂ©ritĂ©. La nĂ´tre, celle des autres.

Soutiens - Théâtre