Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Estelle Zweifel

Estelle Zweifel

Présentation

Si Estelle était un objet, elle serait un couteau suisse, aussi utile pour couper un morceau de fromage, pour déboucher une bouteille que pour se limer un ongle ou pour retirer une écharde. Si elle était un fruit, elle serait un fruit de la passion avec son coeur tendre, son jus doux-amer et ses petits grains piquants…
Comédienne depuis son enfance, elle suit les cours du Conservatoire de Genève, mais c’est sur scène et au contact du public qu’elle se forme. En 2001, elle découvre le monde de l’improvisation théâtrale et intègre la Compagnie lesArts en 2006 qui devient la Compagnie résidente du Théâtre le Caveau à Genève en 2007. Elle joue depuis dans les concepts novateurs en matière d’improvisation proposés dans la saison du Théâtre le Caveau, ainsi que dans toutes les comédies créées par la Compagnie. Auteur de la pièce à deux personnages Le Divan qu’elle joue en 2006, elle co-écrit en 2012 Coma Story, une comédie de moeurs sur l’univers de la télé-réalité qui obtiendra une bourse de création de la Ville de Genève.
Après avoir suivi une formation en Dramaturgie et Performance du texte à l’UNIL, elle se consacre à présent à l’écriture de son premier spectacle solo Estelle est un peu décousue qu’elle va créer en mai 2016 au Théâtre le Caveau.

Estelle est un peu décousue

Projet soutenu

Estelle est un peu décousue

Le sketch de l’addition de Muriel Robin a été une vraie révélation pour moi ! A cette époque je n’ai qu’une dizaine d’années, mais ma voie est toute tracée : je veux être sur scène et faire rire le public. Il m’a fallu attendre quelques années, expérimenter un peu la vie et surtout trouver le ton, le propos cohérent. Savoir ce que je voulais raconter et comment je voulais le raconter. C’est chose faite en 2016 avec la création de ce one-woman show Estelle est un peu décousue.
Entre mon adolescence avec un look à la Robert Smith, mon incursion dans le milieu professionnel en mode secrétaire à chignon et mon expérience dans le théâtre performatif, j’ai déjà de bonnes situations de base pour l’écriture de sketches. En ajoutant un mariage, un enfant, une mère angoissée et des amis dépressifs, le public aura un bon aperçu de ma vie un peu décousue. Certes, les thèmes que j’aborde sont connus, communs même, et ont déjà souvent été traités par d’autres humoristes. C’est pour cette raison que j’accorde une vigilance et un soin tout particulier à donner à ces sujets de société un oeil et un éclairage différent dans le but de surprendre, d’étonner et de faire rire le public avec les banalités du quotidien.
Tony Romaniello, metteur en scène et directeur de la Compagnie lesArts et du Théâtre le Caveau, va m’assister pour l’écriture et mettre en scène ce solo. Amis dans la vie depuis bientôt vingt ans, nous partageons le même sens de l’humour et de l’autodérision, je ne pouvais donc pas imaginer quelqu’un d’autre que lui pour faire la mise en scène.

Soutiens - Théâtre