Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Princesse Léopold | Théâtre

Princesse Leopold

Présentation

Princesse Léopold, parce que tout semble toujours partir des rues droites et parallèles de la Chaux-de-Fonds et parce que nous aimons les sapins.
Princesse Léopold, collectif né de l’envie de travailler ensemble, portée par nous, jeunes comédien(ne)s, musicien(ne)s, auteur(e)s, convaincus que la création théâtrale ne peut se faire qu’avec plaisir et complicité. Nous rêvions d’une aventure complète et vivante, intégrant la participation de tous les protagonistes à chaque étape du travail et c’est sur cette base que nous avons fait naître notre premier spectacle, La forme, la marée basse et l’horizon, une réflexion bi-canale sur le choix et les difficultés de communiquer.
C’est sur la base de cet idéal, toujours, que nous poursuivons nos recherches, puisant avec avidité dans toutes les bizarreries, absurdités et autres poésies, que nous, humain(e)s, ne cessons de faire exister.

En savoir plus

Projets soutenus

Voyage voyage

Princesse Leopold - Voyage voyage-©manongygax.ch

Qu’est-ce qui nous pousse à voyager ? Qu’est-ce qui nous attire là-bas ?
Là-bas, la vie est plus palpitante, plus excitante. La vie est plus vivante, tiens ! Là-bas, on mange des fruits dont on n’avait jamais entendu parler avant, on allume son feu de camp avec un silex et des brindilles, on va conquérir des espaces inexplorés. Là-bas, il y a l’aventure, le dépassement de soi, la vie trépidante, la vie qui a du sens. Là-bas, on peut passer une nuit en prison, on peut franchir une frontière illégalement pour de faux mais comme en vrai, on peut voir comment vivent les autres. Là-bas c’est l’Amérique, c’est Tchernobyl, c’est Mars, c’est ailleurs et ça raconte une histoire.
Besoin de bousculer son quotidien, de se changer les idées, intérêt pour l’Histoire, curiosité, voyeurisme, effet de mode : les raisons qui poussent quelqu’un à visiter une église rwandaises remplie de crânes humains ou à préparer son départ prochain pour Mars sont-elles vraiment différentes de celles qui incitent une personne à se promener dans un bidonville, à se rendre dans un ancien camp de concentration, à contempler le Taj Mahal, ou à planter sa tente sur une côte isolée ?
Pour sa nouvelle création, Princesse Léopold a choisi de se pencher sur la question du voyage et du tourisme. Si elle en interroge les manifestations les plus extrêmes, c’est pour mieux appréhender, finalement, nos aspirations les plus banales et les plus intimes.

La forme, la marée basse et l’horizon

Ce projet original et inédit du collectif Princesse Léopold explore la question des choix auxquels nous sommes quotidiennement confrontés en offrant la possibilité aux spectateurs d’influencer en direct leur perception de la pièce. Ces derniers assistent en effet à l’intégralité de ce qui se passe sur scène, mais sont ponctuellement invités, muni d’un casque à deux canaux, à choisir celui qu’ils souhaitent écouter. Les personnages de la pièce, pêcheurs dans un pays qui n’existent pas, s’aiment d’un amour tendre, font de la poésie sans le savoir et découvrent la fatalité et l’obligation de s’adapter, entourés d’animaux philosophes et d’amis qui s’en vont. Le spectateur vivra en même temps que les personnages la difficulté et la frustration qu’entraîne la liberté du choix.

 

Soutiens - Théâtre