Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Cie Folledeparole – Isabelle Chladek

Présentation

La Cie Folledeparole ¬†est une compagnie th√©√Ętrale ind√©pendante et pluridisciplinaire fond√©e en 2002 √† Gen√®ve par Isabelle Chladek.¬†D√©tentrice d’une licence en Lettres celle-ci¬†d√©ploie un travail √† partir d’√©critures qui soient un potentiel √† des explorations sc√©niques th√©√Ętrales et extra-th√©√Ętrales: Antonin Artaud au th√©√Ętre: T50, 2.21 + Conf√©rences spectaculaires¬†– danse but√ī: Parfumerie (2007-2012)¬†–¬†musique contemporaine:¬†avec John Menoud performance: √† Kyoto (2008) / Kurt Schwitters et Ursonate: th√©√Ętre musical¬†au th. du Gr√ľtli (2011)¬†/ Georges Aperghis: cr√©ation Zig Bang au Festival Po√©sie en Ville 2012.

Elle m√®ne depuis plusieurs ann√©es un compagnonnage artistique avec G√©rard Guillaumat¬†et monte avec lui √† Gen√®ve: V. Hugo, L’Homme qui rit au th√©√Ętre des¬†Marionnettes / En entendant Beckett, th√©√Ętre du Gr√ľtli /Faits divers, D. Harms festival de la B√Ętie.

Projet soutenu

Un spectacle « Rock et Po√©sie »,¬†n√© de la rencontre du groupe rock genevois KMA et de la com√©dienne et metteur en sc√®ne Isabelle Chladek. Sur sc√®ne, leur affaire √† EUX, c’est avant tout le rock’n’roll. Sur sc√®ne, ELLE privil√©gie des textes √† passer, √† faire entendre plut√īt que des situations dramaturgies √† interpr√©ter. Progressivement son travail aborde des √©critures o√Ļ l’aspect sonore est de plus en plus affirm√©.

Pour ce spectacle de Rock et de Po√©sie, ils ont choisi ENSEMBLE de porter en sc√®ne une dizaine de textes tir√©s de « Ecrits po√©tiques » de Christophe Tarkos (1963-2004) po√®te fran√ßais disparu pr√©matur√©ment. Voici comment celui-ci parle de son √©criture: « ‚ĶEt la v√©rit√© pour moi, c’est la v√©rit√© du texte. C’est simplement qu’il y a tout dans le texte‚Ķ Le texte ne sert pas √† quelque chose, il est quelque chose. A chaque fois ce qui me g√™ne, c’est d’oublier la mat√©rialit√© du texte. Il y a de la v√©rit√© dans le texte, c’est tout, la v√©rit√© palpable de l’existence mat√©rielle du texte ». Tarkos est convaincu que la v√©rit√© se trouve dans le pouvoir √©lectrique et physique du langage, dans le « p√Ęte-mot », la p√Ęte mat√©rielle de la pens√©e‚Ķ Il y a dans la langue de Tarkos, une densit√© radicale, une √©vidence √† la fois l√©g√®re et tragique qui lui permet de jouer, d’appeler, de r√©pondre √† d’autres expressions comme celle du rock’n’roll. Le terrain commun du rock et de la po√©sie se trouve alors comme en un √©tat d’urgence et les joutes peuvent commencer entre les mots, leur construction √† la fois fragile et immuable, entre les sons, les voix, les silences‚Ķ. Il est √† noter que l’oeuvre du po√®te a souvent √©t√© port√©e sur sc√®ne en France. Par l’auteur lui-m√™me, lors de lectures-performances dans des lieux prestigieux tels que le Centre Pompidou ou √† France-Culture et par d’autres artistes de th√©√Ętre, de po√©sie sonore et des musiciens. On la conna√ģt moins bien en Suisse romande; on peut signaler, l’automne pass√© au Th√©√Ętre de Vidy, une cr√©ation th√©√Ętrale de Roland Auzet « Tu tiens sur tous les fronts » d’apr√®s les Ecrits po√©tiques, √©galement.

 

 

Soutiens - Théâtre