Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Duo Quiproquo

Duo Quiproquo-Sandrine Droin/Clémence Hirt

Présentation

C’est en 2012, durant leurs études à la HEM de Genève, que Sandrine Droin et Clémence Hirt commencent à jouer ensemble. Leur entente musicale et leur complicité les poussent à explorer un répertoire s’étendant de Mozart à Messiaen. Les œuvres post-romantiques et du début du XXème siècle (Mahler, Berg, Poulenc) leur tiennent particulièrement à coeur. En 2014, elles remportent le premier prix du concours Mahler organisé par la Société Gustav Mahler de Genève, sous le nom de Duo Chlysandre. Les deux musiciennes ont pu bénéficier des conseils de Helmut Deutsch, Christoph Berner et Hans Adolfsen.

C’est pendant des Ă©tudes universitaires en biologie et ethnologie que la soprano suisse Sandrine Droin dĂ©couvre le chant lyrique. FascinĂ©e par le pouvoir universel et thĂ©rapeutique de la musique, elle se lance dans une professionnalisation qui l’amènera jusqu’en Allemagne (Francfort). Particulièrement sensible aux mĂ©langes de genres, c’est tout naturellement que, parallèlement Ă  son goĂ»t pour l’opĂ©ra, elle s’intĂ©ressera au Lied.

Entourée de musique depuis son enfance, c’est dans le cercle familial que Clémence Hirt découvre le plaisir de faire de la musique, en particulier au piano et en chantant. Ses études à la Haute Ecole de Genève et à la Zürcher Hochschule der Künste lui apportent de solides bases pianistiques et lui permettent de développer sa passion pour la musique d’ensemble, en particulier le Lied.

DUO QUIPROQUO - Kommindengruenenwald

Projet soutenu

Wald- und Lebensszenen, Robert Schumann et Caroline Charrière

D’une part, Robert Schumann, compositeur romantique par excellence, et ses Waldszenen. Oscillant entre la plus tendre douceur et l’angoisse la plus profonde, ces neuf scènes de la forêt sont autant de miniatures qui font entrer l’auditeur dans le monde fantasque de Schumann. Bien qu’écrite pour piano seul, cette œuvre a une forte influence littéraire, puisque le compositeur a associé un poème de son époque à chaque mouvement.

D’autre part, Caroline Charrière, compositrice fribourgeoise, et une nouvelle œuvre, miroir introspectif des Waldszenen. Le chant se joindra au piano pour interpréter une musique inspirée des mêmes poètes que Schumann, mais dont le langage est contemporain.

Au centre, la rencontre de ces univers musicaux dont la sensibilité et la poésie commune effacent en un clin d’œil les deux siècles qui les séparent.