Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Laure Dupont

A

Présentation

NĂ©e Ă  Genève en 1983, Laure Dupont grandit en Valais et se passionne pour la danse au sein du Conservatoire de Sion, elle poursuit sa formation Ă  l’Ă©cole atelier Rudra BĂ©jart puis rencontre, en 2004, le chorĂ©graphe et metteur en scène catalan Cisco Aznar et son alter ego Luis Lara. Interprète, assistante et muse elle les suit dans leurs aventures poĂ©tiques en Europe et en AmĂ©rique du sud.

Elle est la fondatrice de la Compagnie Bertha.

Vagabonde et adepte des sentiers de la crĂ©ation, elle dĂ©fend une danse et une mise en scène qui creusent les terroirs de l’inconscient et animent les sens.

En savoir plus

 Compagnie Bertha - Kabarais Bâtard

Projet soutenu

Kabarais Bâtard

TissĂ© d’histoires ancestrales, le Kabarais Bâtard est un spectacle de danse-théâtre et de scĂ©nographie animĂ©e. Il mĂ©lange les cĂ©rĂ©monies, les contes et les lĂ©gendes de divers horizons pour en faire Ă©merger un monde nouveau, contrastĂ©, absurde et moderne. Il choisit de se mĂ©tisser, au risque de se brusquer et de se perdre. Il s’inspire de l’oeuvre « Les MaĂ®tres Fous » de Jean Rouch (1955), tant pour sa qualitĂ© de documentaire que pour sa libertĂ© et son carnaval sacrĂ© de rencontres incongrues. Jouer Ă  ĂŞtre un autre, dans un instant de folie choisie et ritualisĂ©e, entrer de tout son ĂŞtre dans une peau et dĂ©cider sciemment d’abâtardir son esprit pour y saisir ce qui dĂ©tonne, dissone, se contredit, peut ĂŞtre salvateur, lorsque l’on refuse de s’en effrayer malgrĂ© le choc provoquĂ©. Cela pourrait tenir Ă  distance la folie vĂ©ritable, celle qui ne laisse plus le choix? Le Kabarais se veut bâtard, Ă©voquant, comme ces enfants adultĂ©rins ou illĂ©gitimes conçus en dehors des normes sociales que l’on dĂ©nomme ainsi mais que l’on appelle aussi « enfants de l’amour », un ĂŞtre mĂ©langĂ©, rĂ©unissant, mĂŞme sans en ĂŞtre vĂ©ritablement responsable, deux entitĂ©s qui ne devaient pas l’ĂŞtre. PrĂ´nant effrontĂ©ment le mĂ©lange des genres, des temps, et confrontant ce que tout semble opposer, il ne craint pas la transgression mais s’en fait une alliĂ©e.