Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Régine Boichat | Réalisatrice/scénariste

Régine Boichat - réalisatrice/scénariste

Présentation

Avec un papier en poche de conceptrice en multimédia et de journaliste, Régine commence à réaliser quelques clips vidéos pour le groupe Charlotte parfois. Enfin, elle se dirige vers ce qui l’a toujours fait rêvé : écrire des scènes et les faire vivre à travers des images. Elle réalise ensuite un court-métrage grâce à une bourse d’encouragement du canton du Valais, avec des moyens techniques et financiers très restreints. L’expérience est convaincante et Régine se lance dans l’écriture de « Et un, deux, trois, quatre », qu’elle souhaite cette fois réaliser avec un producteur et une équipe professionnelle. Le projet attire un producteur lors d’un pitching organisé par Fonction Cinéma, et une nouvelle aventure commence !

BOICHAT Régine - 1,2,3,4

Projet soutenu

« Et un, deux, trois, quatre » est un projet de court-métrage, d’une durée d’environ huit minutes. Il raconte l’histoire de Clara, huit ans et demi, et de son monde imaginaire. Un monde imaginaire haut en couleur dans lequel la fillette exerce le métier de professeure d’aérobic. Ses cours sont très fréquentés, elle remplit un champ complet, aussi vaste qu’un terrain de foot. Ses cours, elle les donne devant le chalet où elle habite avec sa mère. C’est l’été, le soleil est franc, sans compromis. Devant la maison, la maman est couchée sur une chaise longue. Dans quelques jours, peut-être quelques heures, elle rendra son dernier souffle. Clara refuse d’y croire. Dans sa tête, elle est déjà partie ailleurs, où beaucoup de femmes l’entourent, où la vie est plus douce, où la vie est partout.
Dans ce huit clos sous le soleil brûlant de l’été, Clara, confrontée à l’inacceptable, se sauvera par la magie de son imagination…
« Et un, deux, trois, quatre » est un film de contraste : d’un côté, la mort, la douleur, la colère, mais de l’autre, des couleurs pétantes, du soleil, des chaises longues, une infirmière qui apporte de la lumière, et surtout une Clara débordante d’énergie et d’un besoin vital d’avancer. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Ici, on vacille entre rires et larmes. Si l’histoire est triste, Clara, elle, est pleine d’espoir. La vie est devant elle, et elle compte bien en profiter.

Production participative pour soutenir ce projet

Reportage spécial de 2 minutes