Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Juliette Bertoldo

Juliette Bertoldo

Présentation

NĂ©e en 1989 Ă  Genève, Juliette Clara Bertoldo est de nationalitĂ© suisse et française. Après avoir obtenu un Bachelor de danse Ă  l’AcadĂ©mie de Danse de Rotterdam ainsi que la bourse du Pour-cent Culturel Migros pour financer ses Ă©tudes et un contrat dans la compagnie « Dansgroep Amsterdam » dans laquelle elle danse pour des chorĂ©graphes de renommĂ©e internationale, Juliette a eu besoin d’élargir son horizon. Ses valeurs humanitaires et sa soif d’apprendre l’amènent Ă  poursuivre un Bachelor en Relations Internationales Ă  l’UniversitĂ© de Genève, oĂą elle gagne le prix du meilleur travail de recherche en Sciences Politiques, suivi d’un stage au Haut Commissariat des Nations Unies pour les rĂ©fugiĂ©s. Son besoin de dĂ©couvrir le monde et ses citoyens, son dĂ©sir d’utiliser et de transmettre sa crĂ©ativitĂ©, l’ont naturellement attirĂ©e en RĂ©publique Tchèque oĂą elle obtient son diplĂ´me Ă  la « Prague Film School » et reçoit le prix du meilleur film Ă  deux reprises pour son premier documentaire Rider on the storm et Dans la peau d’Anne.

En savoir plus

black-sands

Projet soutenu

Court mĂ©trage – Black Sands (titre provisoire)

Que ce passe-t-il lorsque notre âme quitte notre corps?
Il y a sans doute autant de réponses qu’il y a d’êtres humains… Black Sands tente d’y répondre de façon très personnelle en utilisant uniquement le langage universel de la danse pour exprimer des émotions que les mots ne peuvent transmettre. Il met en scène une vision singulière et onirique du passage d’un monde à l’autre et la difficulté à accepter la mort.
Une jeune fille, à peine décédée, se retrouve accueillie par un groupe mystérieux de personnes dans un univers inconnu, utopique et sauvage. D’abord effrayée par ce nouveau monde et tiraillée entre la vie et la mort, elle danse jusqu’à l’épuisement et se jette à la mer. Paralysée par l’eau glaciale, le groupe l’enlace et la ramène sur le rivage. Elle ne retournera pas dans le monde des vivants. Elle lâche finalement prise et accepte sa mort, cette nouvelle étape, comme une renaissance, pour retourner vers sa famille universelle.