Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Annie Gisler

GISLER Annie-Photo©Lib/Alain Wicht Fribourg

Présentation

Annie Gisler est une rĂ©alisatrice fribourgeoise basĂ©e Ă  ZĂĽrich. Après un Bachelor of the Arts in Photography Ă  la ZĂĽrcher Hochschule der KĂĽnste (ZHdK) et un semestre d’Ă©change en cinĂ©ma Ă  l’Universidad Veritas Ă  San Jose (Costa Rica), elle dĂ©cide de se consacrer au cinĂ©ma, sa vĂ©ritable passion. Elle suit divers cours de cinĂ©ma Ă  Buenos Aires, avant d’Ă©tudier la rĂ©alisation cinĂ©matographique Ă  l’Ecole de Cinema de Madrid (ECAM). Elle terminera sa formation par un Bachelor of Arts in Film Ă  la ZHdK. Depuis 2013 elle travaille comme rĂ©alisatrice indĂ©pendante. Son court-mĂ©trage CĂ©lestine (fiction, 2013) gagne le Prix de Jury au Los Angeles Student Film Festival (USA) , ainsi que le Prix du Public au Festival International de curtas metragens de Sao Paolo (BR). Le dimanche en famille, court-mĂ©trage documentaire (2013) gagne le prix du meilleur court-mĂ©trage documentaire au Festival International de CinĂ© Gastranomico (ES), ainsi que le deuxième prix de la Fondation Alexis Victor Thalberg (CH). Ses courts-mĂ©trages participeront Ă  de nombreux festivals Ă  l’Ă©tranger.
En 2017, elle gagne le prix « Perspectives d’un doc » au Festival Visions du rĂ©el, pour un projet de long-mĂ©trage documentaire en collaboration avec DOK MOBILE (Fribourg).
Annie s’intĂ©resse particulièrement aux thèmes de sociĂ©tĂ© reliĂ©s Ă  la femme et cherche dans son travail Ă  provoquer le dialogue et le questionnement.

En savoir plus

Annie Gisler - La Petite Mort

Projet soutenu

La petite mort – court-mĂ©trage

La petite mort est un court-métrage documentaire sur l’orgasme féminin. Des femmes d’âges, d’origines, d’expériences et de préférence sexuelle divers parlent en toute sincérité de leur expérience de l’orgasme. Des images poétiques, abstraites et métaphoriques nous plongent au coeur de leurs sensations. En parlant d’orgasme, les femmes évoquent également leurs désirs, leur sexualité. Avec sensibilité, poésie et humour, le film emmène le spectateur au coeur de l’intimité des femmes. Loin de la pornographie, du culte de la performance ou de l’érotisme excessif. Le film est une aventure collective mue par une volonté commune de briser certains tabous qui pèsent encore sur la sexualité des femmes. La petite mort est un dialogue entre femmes, pour les femmes. Et pour les hommes.