Fondation Engelberts pour les arts et la culture

Parrainage par Jean Piat

Jean Piat

La Fondation est très honorée d'être parrainée par le célèbre acteur et écrivain, Jean Piat, qui a eu la gentillesse de nous écrire le texte suivant:

" J'ai rencontré Claire Lise Mercier et Edwin Engelberts dès 1949. Déjà, ils avaient recueilli chez eux, deux merveilleux violonistes hongrois, Elise Cserfalvi et Arpad Gerecz, que des évènements politiques avaient contraint de quitter leur patrie.

Et d'années en années, PREMYES, la maison de Claire Lise et Edwin, devint le lieu de rencontre de musiciens, de peintres, d'écrivains, d'acteurs, dont l'un allait devenir Jean-Luc Bideau ! De Nicolas Rauch, expert amoureux des livres anciens, à Karl Engel, pianiste, à Jean-Marie Auberson, chef d'orchestre, et Baldo Guberti, un peintre italien ! Jusqu'à une violoncelliste, venue d'Amérique pour nous faire découvrir sur son instrument - qu'elle grattait comme une guitare - le Folk Song !

Le goût des mots et des sons, comme des paysages, permettait à chacun d'exprimer sa passion en toute liberté.

Le temps a passé...

Le fils d'Edwin et de Claire Lise, Patrice Engelberts, crée une fondation pour prolonger le souvenir de l'un et de l'autre. Comment ne pas souscrire avec foi à cette initiative ?...

Un seul voeu : qu'elle permette au-delà de la mémoire, l'éclosion de nouveaux talents. "


Jean PIAT

Paris, le 30 mars 2010

Un peu d'histoire

L'initiative de la création de la Fondation revient à son Président, Patrice Engelberts. Il est né en janvier 1947 à Lausanne, fils d'Edwin Engelberts et de Claire Lise Mercier.
La famille a quitté la capitale vaudoise en novembre 1947 pour s'installer dans une belle villa de maîtres à Mies. Le jeune Patrice a été élevé dans une atmosphère artistique. Musique, littérature et arts plastiques faisaient partie de son univers. Mais sa vocation était la médecine. Il a obtenu le diplôme fédéral de médecin en 1975. Par la suite il s'est spécialisé en psychiatrie et psychothérapie et a ouvert son cabinet, à Mies, dès l'automne 1985. Il continue à exercer son métier de psychiatre à temps partiel.

Élu Conseiller communal de 1982 à 1994, il a pris goût à la politique locale. Puis, dès 1994, il a accédé à la fonction de syndic de la commune de Mies. Son mandat devrait se terminer en juin 2011.

C'est dans une tradition familiale de mécénat que Patrice Engelberts a décidé de créer la Fondation Engelberts pour les arts et la culture, dont le but principal est d'aider à faire connaître des artistes émergents talentueux.

Les deux articles qui suivent permettront de mieux situer les parents de Patrice Engelberts, à la mémoire desquels la Fondation est dédiée:

Edwin Engelberts (1918 - 1998)

Edwin Engelberts

« Le temps est un enfant qui joue. Tout est devenir. » Edwin Engelberts, grand nom genevois de l'édition d'art à laquelle la Ville vient de rendre hommage, fait sienne la dynamique phrase d'Héraclite d'Ephèse. Ce n'est pas un hasard. Son cheminement tient à cette passion indestructible du moment présent ébloui par de grandes rencontres.

Là où l'être humain a habituellement des velléités, Edwin Engelberts a des preuves. Son édition de la « Lettera amorosa » de René Char illustrée par Georges Braque s'impose par une sensibilité d'une rare évidence. Publiée en 1963, elle est un puissant instant de réalisation dans le parcours d'Edwin Engelberts qui a « toujours voulu créer une oeuvre de peinture. » C'est avec ce désir qu'il étudie les beaux-arts à Lausanne, puis découvre tous les trésors des incunables en travaillant, jeune homme, en librairie. Vient alors une parenthèse soldatesque: ce Hollandais né à Java, échoué en Suisse à l'âge de 10 ans, devenu citoyen helvétique en 1940, ne tardera pas à payer son tribut d'intégration en restant cinq ans sous les drapeaux.

Belle rencontre

Devenu galeriste réputé, il aura fallu à Engelberts, cette rencontre privilégiée avec Georges Braque, en 1957, pour que son rêve d'éditeur d'art prenne corps. Un corps d'une beauté et d'une clarté intérieure sans égales qui a pour nom la « Lettera amorosa ». Sur ce fameux poème de René Char, ami de longue date d'Edwin Engelberts, Braque laissera voguer son imaginaire « dans les silences de la page qu'on tourne .» Dans toutes les oeuvres qui ont suivi cette réalisation, de Miro à l'artiste romand Lecoultre, le principe est resté fidèle à lui-même: l'image sera toujours subordonnée au texte « support de la pensée. »

Ville d'adoption

« S'il parle de l'image comme d'« un langage universel », l'amour de la lettre est aussi intense chez Engelberts que celui de l'art. Ses catalogues raisonnés qui ont jalonné pendant trente-cinq ans les expositions élaborées dans sa galerie de la Grand-Rue en sont le signe. Certains catalogues, comme celui consacré à Max Ernst, ont servi de support à des publications du Cabinet des estampes. Ce n'est pas le seul lien qu'Edwin a tissé avec sa ville d'adoption. Depuis des années, il a fait don d'oeuvres nombreuses à la Ville de Genève, qui possède, entre autres, un exemplaire de toutes ses éditions.

Humble et mécène

Vendredi dernier, les autorités, ont à leur tour rendu hommage à cet esthète qui sait toujours aller au bout de ses passions, en lui remettant la médaille vermeil « Genève reconnaissante ». Aux compliments que lui a adressés René Emmenegger, conseiller administratif chargé de la culture, Edwin Engelberts a simplement répondu: « Je suis un fleuve dans le fleuve qui passe. Sans l'amitié et la sensibilité qui ont réuni certains artistes à un certain moment, je n'aurais jamais pu être le « chef d'orchestre » de leurs oeuvres.

(article paru dans la Tribune de Genève en 1988)

Claire Lise Mercier (1923 - 2003)

Claire Lise Mercier a favorisé le rayonnement artistique

Née en 1923, Claire Lise Mercier a passé sa jeunesse à Lausanne où l'un des membres de sa famille a construit le funiculaire Lausanne-Ouchy. Son mariage avec Edwin Engelberts eut lieu en 1944 et de leur union naquit Patrice, l'actuel syndic de Mies.
Son arrivée à Mies remonte en 1947 avec l'acquisition de la propriété Prémyes. Cette demeure du XIXème siècle s'ouvrit alors à l'art. Ce fut le siège de la Société Nicolas Rauch et Edwin Engelberts, spécialisée dans les anciens livres. Plusieurs artistes ont été accueillis et soutenus dans les années 50. Ce fut le cas pour deux musiciens hongrois réfugiés, devenus par la suite de brillants violonistes. Jean-Marie Auberson, Karl Engel et Jean Piat ont également été reçus à Prémyes. La générosité de Claire Lise Mercier a été empreinte de tact et de discrétion. Atteinte dans sa santé lors de la dernière étape de sa vie, elle s'est alors tenue en retrait. Malvoyante et passionnée de littérature, elle a eu recours à des lectrices et à un lecteur. Après quelques hospitalisations, elle a fait un court séjour à La Clairière avant son décès, le 17 mai dernier dans sa 80ème année.

(article paru dans La Côte en 2003)

Dans la presse
20.02.2017 - 24 heures
Un mécène victime de son succès

01.11.2016 - La Côte
Le premier album du Thomas Florin Quartet

29.10.2016 - 24 heures
Mies, le village qui rayonne à l’internationale

22.09.2016 - La Côte
Raisonnances & Contretemps

Magazine Pharts n°123
Tirage limité – 4es Rencontres romandes du livre d’artiste

Magazine Pharts n°121
Soutenu par la Fondation Engelberts Adrien Jutard et ses «Superfaces» au Cabanon

Magazine Pharts n°120
Soutenue par la Fondation Engelberts, la dissidence selon Barbezat-Villetard au Musée d’art du Valais

17.12.2015 - La Côte
Jean Piat joue Sacha Guitry

Magazine Pharts n°119
Vincent Jendly «Photographier, un miroir de l’âme»

Magazine Pharts n°118
Fondation Engelberts pour les arts et la culture - Un joli conte à quatre mains: «Carpe Diem»

Magazine Pharts n°116
La Fondation Engelberts présente Christine Lavanchy - Les errances chromatiques du Mur

08.10.2015 - La Côte
Un quatuor féminin qui a des ailes

Magazine Pharts n°115
Sandrine Pelletier au Musée du Locle

19.03.2015 - La Côte
Un double anniversaire au service de la création artistique

12.02.2015 - La Côte
Un dîner avec le diable ?

Magazine Pharts n°114
« Unfolded » de Noémie Doge

Magazine Pharts n°113
Entretien à Mies avec Patrice Engelberts

Magazine Pharts n°111
« Mon corps est une rivière »

Magazine Pharts n°110
La Fondation Engelberts se porte bien

03.04.2014 - La Côte
La scène comme lieu de rencontre

Magazine Pharts n°107
La Voix humaine

22.11.2013 - La Côte
Quand Poulenc honore Cocteau

Magazine Pharts n°106
Tirage limité: le Prix Engelberts à Thierry Bourquin pour «Micromégas»

Magazine Pharts n°105
Troisièmes Rencontres romandes du livre d’artiste: «Tirage limité»

19.09.2013 - La Côte
Un concert ouvre la saison à la fondation de Mies

18.07.2013 - La Côte
4ème édtion des Variations musicales de Tannay

Magazine Pharts n°104
Concret, cinétique, combinatoire : Charles Chirinian à la Galerie d’art Junod

Magazine Pharts n°103
Flamenco à la Fondation Engelberts

25.04.2013 - La Côte
Du flamenco avec trois artistes talentueux

Magazine Pharts n°101
"L'Âne sur Vence" de Marc Chagall

30.11.2012 - La Côte
Concert dédié à une mère

Magazine Pharts n°100
Qui a tué Mozart?

Magazine Pharts n°99
Le ArtHuS Piano Trio à la Fondation Engelberts

Magazine Pharts n°98
Busoni par MOPP

16.07.2012 - 24 heures
Les mécènes Engelberts sont très sollicités

26.04.2012 - La Côte
La révolte féminine en question à Mies

Magazine Pharts n°97
Fondation Engelberts: "Voix de femmes"

15.03.2012 - La Côte
Un récital tissé par le chant et l'accordéon

Magazine Pharts n°96
De mauvaise foi: Jodorowsky et son "Opéra panique" à la Fondation Engelberts

Magazine Pharts n°95
Fondation Engelberts. Dans le sillage du grand fleuve...

24.11.2011 - La Côte
Une troupe d'amateurs dans le théâtre décalé de Jodorowsky

07.09.2011 - La Côte
Création à la fondation Engelberts

28.06.2011 - La Côte
Autour de Madame de Staël en images

09.06.2011 - La Côte
En quête de l'art oratoire de Germaine de Staël

08.03.2011 - La Côte
Huis clos sartrien à la Fondation Engelberts

18.10.2010 - 24 heures
Une fondation familiale pour les arts et la culture

13.10.2010 - La Côte
C'est San Antonio qui régale

18.05.2010 - La Côte
Une fondation pour les arts et la culture